Archives de catégorie : La Perle et la Coquille

Pourquoi le terme “baroque”, qui s’est imposé facilement depuis un siècle et demi dans le champ des arts plastiques et picturaux, et presque aussi naturellement depuis quarante ans dans le monde de la musique et des spectacles, a-t-il fait l’objet d’un rejet aussi massif et violent dans le seul domaine de la littérature ?
Telle est le fil de notre interrogation au cours de ce séminaire
https://seminaire17.hypotheses.org/62

La civilisation baroque, par Eugène Green (29 mars 2024)

Eugène Green, homme de théâtre, romancier, et cinéaste de premier plan, nous a fait l’honneur de nous parler de “La Civilisation baroque” au Séminaire XVII, le 29 mars à 16h, à la Maison de l’Université (salle de conférences), dans le cadre de notre programme “La Perle et la Coquille: regards croisés sur le baroque et le rococo.”

Conférence à retrouver ici: https://webtv.univ-rouen.fr/permalink/v126895fa397bbmcleix/

 

Eugène Green, né le 28 juin 1947 à New York, est une figure marquante du monde culturel contemporain, connu pour ses contributions significatives dans les domaines de la littérature, du cinéma, et de la diction baroque. Ayant déménagé en France à l’âge de vingt ans, Green adopte rapidement sa nouvelle patrie comme le terrain de développement de son art et de sa pensée.

La Parole baroque

Eugène Green est reconnu pour son travail pionnier sur la restauration de la diction baroque, une quête artistique et intellectuelle visant à recréer et préserver les modes d’expression vocale propres au XVIIe siècle. À travers ses recherches et ses mises en scène théâtrales, il s’est efforcé de redonner vie à la prononciation, au rythme, et à la musicalité des textes du XVIIe siècle, contribuant ainsi à la renaissance de l’intérêt pour le théâtre et la musique baroques. Green a fondé le “Théâtre de la Sapience”, dédié à la mise en scène de pièces du XVIIe Siècle selon les principes de déclamation et de jeu de l’époque, ce qui a eu un impact durable sur les méthodes de représentation théâtrale en France et ailleurs. Il a également collaboré avec les Editions Alpha, alors dirigées par Jean-Paul Combet, proposant par exemple une lecture des Contes de Perrault en déclamation baroque.

Le romancier

En tant que romancier, Eugène Green explore avec profondeur et sensibilité les thèmes de la quête d’identité, de la spiritualité, et des intrications entre le passé et le présent. Ses romans sont peuplés de personnages en recherche de sens, souvent à travers un dialogue intérieur avec l’art, l’histoire, et la philosophie. Des œuvres comme Le fils de l’homme et La communauté universelle témoignent d’un style narratif où la précision de la langue sert à exprimer des recherches intimes et des réflexions plus générales sur la condition humaine. La prose de Green, empreinte de références culturelles et historiques, invite le lecteur à un voyage à travers le temps et l’esprit, marquant une contribution remarquable à la littérature contemporaine française.

Le cinéaste

Dans le domaine cinématographique, Eugène Green se distingue par un style visuel et narratif qui reflète ses intérêts pour la spiritualité, l’art, et l’humanisme. Ses films, tels que Le Pont des Arts, La Sapienza, et Le Fils de Joseph, se caractérisent par une mise en scène épurée, des dialogues philosophiques, et une attention particulière portée à la beauté des cadres et à la composition de l’image. Green utilise le cinéma comme un moyen d’explorer des questions existentielles, créant des œuvres qui sont à la fois des méditations sur l’art et des récits intimes sur la recherche de sens dans un monde désenchanté. Sa contribution au cinéma est saluée pour son originalité et sa capacité à transcender les genres: il occupe une place toute particulière dans le paysage cinématographique.

 

 

« Regards croisés sur la pratique baroque et le dialogue entre les arts (théâtre, musique, opéra) », par Julia Gros de Gasquet et Caroline Mounier-Vehier

La prochaine séance aura lieu mardi 30 mai, à 14h15. Nous écouterons Julia de Gasquet (Université Sorbonne Nouvelle) et Caroline Mounier-Vehier (ITEM-THALIM), qui nous parleront de « Regards croisés sur la pratique baroque et le dialogue entre les arts (théâtre, musique, opéra) ». Présentation et répondante : Judith le Blanc (Centre de Musique Baroque de Versailles/Université de Rouen)
La séance se déroulera comme d’habitude, de façon hybride:
  • En présence: UFR des Lettres, rue Lavoisier, bât 3, salle A309, 76 130 Mont-Saint-Aignan
  • Accès à distance : nous écrire (tony.gheeraert AT univ-rouen.fr)
Celles et ceux qui souhaitent préparer la séance pourront par exemple (re)lire Scènes baroques d’aujourd’hui, sous la direction de Céline Candiard et Julia de Gros de Gasquet, PUL, 2019, disponible en papier mais aussi en accès ouvert sur Open Editions:  https://books.openedition.org/pul/33127
Couverture

Les deux corps de la musique baroque, par Jean-Paul Combet

Le 5 avril 2023, Jean-Paul Combet (directeur de l’Académie Bach, Arques-La-Bataille) est venu proposer une passionnante réflexion intitulée « Les deux corps de la musique baroque », dans le cadre de notre thème  « La perle et la coquille ». Il s’est accompagné d’un clavicorde portatif, copie d’ancien.

Après avoir situé dans un temps long la redécouverte de la musique ancienne, depuis Mendelssohn jusqu’à Leonhardt, Jean-Paul Combet a dégagé sept caractères définitoires du baroque musical. Ceux-ci permettent de définir une musique baroque à l’échelle européenne, qui unit les compositeurs malgré tout ce qui peut les séparer : pays, langue, religion. “Le baroque tire son essence de son irrégularité et de son impossible définition univoque”, termine Jean-Paul Combet en citant L’Amour la mer, dernier roman de Pascal Quignard.

  1. 00:51:48 : “la tension entre l’harmonie du monde et l’esthétique”
  2. 00:59:09 : “la création instantanée”
  3. 01:04:05 : “le caractère second de la notation”
  4. 01:11:10 : “l’éloquence comme support du discours”
  5. 01:19:10 : “la métamorphose” comme moteur de la création
  6. 01:23:00 : “la présence cachée de la culture latine”
  7. 01:26:37 : “l’absence de standard”
  8. 01:28:40 : “l’intelligibilité du langage musical”, intelligibilité qui n’est pas synonyme d’homogénéité, car le baroque est “composite”

Exposé à retrouver en vidéo. Cliquer ici pour le plein écran

 

 

Rococo poétique ou poésie rocaille ? Questions autour d’une catégorie littéraire, par Kim Gladu

Dans le cadre de notre programme “La Perle et la coquille, regards croisés sur le baroque et le rococo”, le mardi 14 mars 2023, à 16h, nous avons eu le plaisir d’écouter Kim Gladu (Université du Québec à Rimouski), qui nous a parlé du sujet suivant: « Rococo poétique ou poésie rocaille ? Questions autour d’une catégorie littéraire ». 
Kim Gladu est, parmi d’autres publications majeures, autrice d’un ouvrage intitulé : La grandeur des petits genres. L’esthétique rococo à l’âge de la galanterie, entièrement accessible sur Cairn : https://www.cairn.info/la-grandeur-des-petits-genres–9782705694722.htm. La séance était présentée par Floriane Daguisé (CEREdi).
⇒Pour le plein écran cliquez ici

« Le baroque : temps de réflexivité de l’image ? », par Anne-Elisabeth Spica

Retrouvez ci-dessous la séance du 16 février 2023:  « Le baroque : temps de réflexivité de l’image ? », par Anne-Elisabeth Spica, Professeur à l’Université de Lorraine, ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure, autrice entre autres de Symbolique humaniste et emblématique – L’évolution et les genres (1580-1700) (Champion, 1996) et Savoir peindre en littérature: la description dans le roman au XVIIe siècle (Champion, 2004)

Présentation et répondant : Yohann Deguin

Affichage en grand écran en suivant ce lien

La Perle et la coquille: regards croisés sur le baroque et le rococo (XVIIe-XVIIIe siècles)

Programme de la saison 2 (2022-2023)

31 janvier 2023, 14h30, Julia de Gasquet (Université Sorbonne Nouvelle) et Caroline Mounier-Vehier (ITEM-THALIM)
« Regards croisés sur la pratique baroque et le dialogue entre les arts (théâtre, musique, opéra) »
Présentation et répondante : Judith le Blanc
La séance du 31 janvier est reportée au 30 mai en raison des perturbations à prévoir dans les transports

16 février 2023, 14h30, Anne Spica (Université de Lorraine)
« Le baroque : temps de réflexivité de l’image ? »
Présentation et répondant : Yohann Deguin

14 mars 2023, 16h, Kim Gladu (Université du Québec à Rimouski)
« Rococo poétique ou poésie rocaille ? Questions autour d’une catégorie littéraire » – Présentation et répondante : Floriane Daguisé

5 avril 2023, 16h, Jean-Paul Combet (Académie Bach, Arques-La-Bataille), « Les deux corps de la musique baroque »
Présentation et répondant : Tony Gheeraert

30 mai 2023, 14h30, Julia de Gasquet (Université Sorbonne Nouvelle) et Caroline Mounier-Vehier (ITEM-THALIM)
« Regards croisés sur la pratique baroque et le dialogue entre les arts (théâtre, musique, opéra) »
Présentation et répondante : Judith le Blanc

 

2023_La perle et la coquille 

“Irrévérence Baroque : de la nécessité cosmique du baroque”, par Gisèle Venet

Gisèle Venet, Professeure émérite de l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris III, éditrice de Shakespeare en Pléiade, autrice de Temps et vision tragique : Shakespeare et ses contemporains (PSN), nous a proposé ses réflexions sur l’irrévérence baroque le mercredi 22 juin à 16h. Cette séance peut être visionnée ci-dessous.

Affichage en plein écran en cliquant sur ce lien

Vers une histoire des usages politiques du baroque, par Maxime Cartron

Compte rendu de la séance du 6 mai 2022, 16h-18h
Au cours de cette séance animée par Yohann Deguin, nous avons accueilli Maxime Cartron, Docteur, Professeur Agrégé, membre de l’IHRIM et auteur de L’Invention du Baroque. Les anthologies de poésie française du premier XVIIe siècle (1844-2009) (Classiques Garnier, 2021). Le titre de la séance, qui s’inscrivait dans le prolongement des travaux antérieurs de notre invité, était: “Vers une histoire des usages politiques du baroque”.
Il s’agissait ici de présenter un livre en cours d’élaboration sur les politiques du baroque au XXe siècle. En partant d’un étonnement devant les causes diamétralement opposées que pouvait servir une telle notion – aussi bien la « créolisation » glissantienne que le nationalisme lepéniste –, l’enjeu était de montrer que la notion de baroque n’existe pas en tant que telle – ce qui n’est pas une nouveauté –, mais qu’elle est intégralement construite par le contexte et la perspective idéologique dans lesquelles ses utilisateurs l’inscrivent. Elle n’existe que par les appropriations successives dont elle est le lieu. Faire l’histoire du baroque, c’est donc faire l’histoire de ses usages afin d’identifier conjointement des repères historiques dans l’instrumentalisation du concept et des outils théoriques explicitant cette dernière.

Il convenait de partir de Wölfflin car tout ramène à lui, et en particulier une opposition rémanente et même structurante dans l’histoire des usages du baroque : nationalisme contre cosmopolitisme (ou européisme, ou encore universalisme, suivant les cas). Le baroque est un enjeu de pouvoir car il se trouve à l’intersection de ces deux pensées idéologiques : d’une part il est envisagé comme génie de la nation, d’autre part il est appréhendé comme socle esthétique commun de l’Europe. L’examen de l’indécision et de l’alternance entre ces deux dimensions chez Wölfflin offre la possibilité de repenser à nouveau frais la radicalisation de sa pensée par ses anciens élèves et suiveurs proches de l’idéologie nazie, mais aussi de réfléchir aux stratégies d’appropriation et de diffusion de cette matière historiographique par Eugenio d’Ors, Pierre Francastel et André Chastel, dont les choix différents, et pourtant tous radicaux mettent en lumière l’ambivalence et l’ambiguïté inhérentes, dès l’origine, au modèle wölfflinien et à son influence dans la constitution de la notion de baroque. La conférence se terminait par une réflexion sur les enjeux de l’appropriation des pensées de Wölfflin et de d’Ors par Jean Rousset, et donc sur les modalités de leur intégration au « baroque littéraire ».

Présentation de l’ouvrage Jean Rousset : traduire et compiler le baroque, préface de Thomas Hunkeler, Genève, Droz, « Courant critique », à paraître en 2023.

La récente ouverture du fonds d’archives de Jean Rousset à la Bibliothèque de Genève offre l’opportunité d’analyser sur un plan génétique l’activité de traduction de poètes allemands et italiens, « baroques » mais pas uniquement, que le critique genevois a pratiquée durant plusieurs années, avec une intensité toute particulière durant et immédiatement après la Seconde Guerre Mondiale. Ces documents s’avèrent inestimables pour comprendre la « préhistoire » du baroque roussetien, en ce qu’ils témoignent des préoccupations idéologiques et spirituelles qui se trouvent à son origine. De ce fait, ils permettent de jeter un nouvel éclairage sur les enjeux de l’émergence et de la mise en place progressive de la catégorie historiographique de baroque dans la pensée du futur auteur de La Littérature de l’âge baroque en France.