Tous les articles par Tony Gheeraert

Tony Gheeraert Professeur de littérature française du XVIIe siècle Université de Rouen - Cérédi

La civilisation baroque, par Eugène Green (29 mars 2024)

Eugène Green, homme de théâtre, romancier, et cinéaste de premier plan, nous a fait l’honneur de nous parler de “La Civilisation baroque” au Séminaire XVII, le 29 mars à 16h, à la Maison de l’Université (salle de conférences), dans le cadre de notre programme “La Perle et la Coquille: regards croisés sur le baroque et le rococo.”

Conférence à retrouver ici: https://webtv.univ-rouen.fr/permalink/v126895fa397bbmcleix/

 

Eugène Green, né le 28 juin 1947 à New York, est une figure marquante du monde culturel contemporain, connu pour ses contributions significatives dans les domaines de la littérature, du cinéma, et de la diction baroque. Ayant déménagé en France à l’âge de vingt ans, Green adopte rapidement sa nouvelle patrie comme le terrain de développement de son art et de sa pensée.

La Parole baroque

Eugène Green est reconnu pour son travail pionnier sur la restauration de la diction baroque, une quête artistique et intellectuelle visant à recréer et préserver les modes d’expression vocale propres au XVIIe siècle. À travers ses recherches et ses mises en scène théâtrales, il s’est efforcé de redonner vie à la prononciation, au rythme, et à la musicalité des textes du XVIIe siècle, contribuant ainsi à la renaissance de l’intérêt pour le théâtre et la musique baroques. Green a fondé le “Théâtre de la Sapience”, dédié à la mise en scène de pièces du XVIIe Siècle selon les principes de déclamation et de jeu de l’époque, ce qui a eu un impact durable sur les méthodes de représentation théâtrale en France et ailleurs. Il a également collaboré avec les Editions Alpha, alors dirigées par Jean-Paul Combet, proposant par exemple une lecture des Contes de Perrault en déclamation baroque.

Le romancier

En tant que romancier, Eugène Green explore avec profondeur et sensibilité les thèmes de la quête d’identité, de la spiritualité, et des intrications entre le passé et le présent. Ses romans sont peuplés de personnages en recherche de sens, souvent à travers un dialogue intérieur avec l’art, l’histoire, et la philosophie. Des œuvres comme Le fils de l’homme et La communauté universelle témoignent d’un style narratif où la précision de la langue sert à exprimer des recherches intimes et des réflexions plus générales sur la condition humaine. La prose de Green, empreinte de références culturelles et historiques, invite le lecteur à un voyage à travers le temps et l’esprit, marquant une contribution remarquable à la littérature contemporaine française.

Le cinéaste

Dans le domaine cinématographique, Eugène Green se distingue par un style visuel et narratif qui reflète ses intérêts pour la spiritualité, l’art, et l’humanisme. Ses films, tels que Le Pont des Arts, La Sapienza, et Le Fils de Joseph, se caractérisent par une mise en scène épurée, des dialogues philosophiques, et une attention particulière portée à la beauté des cadres et à la composition de l’image. Green utilise le cinéma comme un moyen d’explorer des questions existentielles, créant des œuvres qui sont à la fois des méditations sur l’art et des récits intimes sur la recherche de sens dans un monde désenchanté. Sa contribution au cinéma est saluée pour son originalité et sa capacité à transcender les genres: il occupe une place toute particulière dans le paysage cinématographique.

 

 

“Du côté du soleil couchant. Autour de l’Astrée d’Honoré d’Urfé”. Actes de la journée d’étude d’octobre 2023

Actes de la journée d’agrégation autour de L’Astrée d’Honoré d’Urfé, organisée en octobre 2023, publiés par Pauline Philipps, Yohann Deguin, et Tony Gheeraert

© Publications numériques du CÉRÉdI, « Séminaires de recherche », n° 18, 2023.
Voir en ligne.

Sommaire

Le Pascal des Romantiques

Date : 14-15 décembre 2023

Lieu : Maison de l’université, salle de conférences, université de Rouen Normandie (Place Émile Blondel, 76 130 Mont-Saint-Aignan)

Comité d’organisation : Sylvain Ledda, Tony Gheeraert

Comité scientifique : Laurence Plazenet (université de Clermont Auvergne), Philippe Sellier (université de Paris-Sorbonne), Laurent Thirouin (université de Lyon II), Alberto Frigo (université de Milan), Gérard Ferreyrolles (université de Paris-Sorbonne), Pierre Glaudes (université de Paris-Sorbonne), Florence Fix (université de Rouen-Normandie), François Vanoosthuyse (Université de Rouen-Normandie)

Programme

 

Jeudi 14 décembre

09h00 – Accueil
09h30 – Introduction, par Sylvain Ledda et Tony Gheeraert

Session 1 – Prince des mélancoliques
Modérateur : José-Luis Diaz (Université de Paris)

09h45 – « Vigny et Pascal », par Sophie Vanden Abeele-Marchal (Sorbonne-Université)
10h20 – « Variations poétiques sur le roseau pensant de Vigny à Valéry », par Nicolas Fréry (Université de Strasbourg)

10h55 – Pause

11h15 – « Les Pensées d’un enfant du siècle : Musset face à Pascal », par Esther Pinon (Université de Rennes 2)
11h50 – « Pascal au théâtre », par Florence Fix (Université de Rouen Normandie)

12h25 – Déjeuner

Session 2 – Le vertige et la lutte
Modérateur : Laurent Thirouin (Université Lumière-Lyon-II)

14h30 – « Pascal et Joubert », par Laurence Plazenet (Université de Clermont Auvergne)
15h05 – « Hugo et Pascal : vertiges d’un nom propre », par Pierre Lyraud (Université de Montréal)

15h40 – Pause

16h00 – « “Pascal, cet infâme pamphlétaire”. Pascal, figure tutélaire dans le pamphlet du premier XIXe siècle », par Laetitia Saintes (Université du Luxembourg)
16h35 – « Baudelaire et Pascal », par Anthony Pires (Université de Montpellier)

vendredi 15 décembre

Session 3 – Janséniste ou libertin ? Pascal et la religion
Modérateur : Alberto Frigo (Università degli Studi di Milano)

08h45 – « Pascal apologiste (1). Entre Chateaubriand et Cousin », par Laurent Thirouin (Université Lumière-Lyon-II)
09h20 –« Pascal ou l’apologétique selon Chateaubriand », par Fabienne Bercegol (Université de Toulouse-Jean-Jaurès)
09h55 – « Pascal apologiste (2). Les éditions Havet et Faugère », par Hubert Aupetit (Lycée Louis-Le-Grand)

10h30 – Pause

10h50 – « Le modèle pascalien dans les débats sur la méthode apologétique au XIXe siècle », par Sylvio de Franceschi (École Pratique des Hautes Études)
11h25 – « Pascal et Sainte-Beuve », par José-Luis Diaz (Université de Paris)

12h00 – Déjeuner

Session 4 – Pascal des philosophes et des savants
Modératrice : Esther Pinon (Université de Rennes 2)

14h00 – « La structure des mathématiques pascaliennes : un élan romantique ? », par Lucile Martin (Université de Rouen)
14h35 – « Pascal et Kierkegaard : le “pari” en question », par Jérôme Bord (Université de Strasbourg / EPHE)
15h10 – « Le Pascal de Nietzsche », par Lucie Lebreton (Université de Reims / CIRLEP / GIRN, Groupe International de Recherches sur Nietzsche)

15h45 – Pause

16h05 – « Entre romantisme et éclectisme : le réseau dijonnais des amis de Pascal », par Félix Barancy (LabEx COMOD)
16h40 – « Le “Pascal” de Louise Ackermann : la faiblesse d’un esprit fort », par Yohann Ringuedé (Université Gustave Eiffel, laboratoire LISAA)
17h15 – Conclusions

Le Pascal des Romantiques – 14 et 15 décembre 2023

Dieu ou le monde. Regards croisés sur les moralistes classiques

Dieu ou le monde.
Regards croisés sur les moralistes classiques

Conférences proposées par le CÉRÉdI et l’Université de toutes les Cultures et présentées par Tony Gheeraert

7 décembre 2023

Maison de l’Université – Salle de conférences
Place Émile Blondel – 76130 Mont-Saint-Aignan

15h30
Pierre Ronzeaud (Université d’Aix-Marseille)
« Sentiers battus et chemins de traverse : propositions de lecture du chapitre VI (Des biens de fortune) des Caractères de La Bruyère »

18h00
Laurence Plazenet (Université de Clermont-Auvergne)
« Pascal et les Écritures »

« Regards croisés sur la pratique baroque et le dialogue entre les arts (théâtre, musique, opéra) », par Julia Gros de Gasquet et Caroline Mounier-Vehier

La prochaine séance aura lieu mardi 30 mai, à 14h15. Nous écouterons Julia de Gasquet (Université Sorbonne Nouvelle) et Caroline Mounier-Vehier (ITEM-THALIM), qui nous parleront de « Regards croisés sur la pratique baroque et le dialogue entre les arts (théâtre, musique, opéra) ». Présentation et répondante : Judith le Blanc (Centre de Musique Baroque de Versailles/Université de Rouen)
La séance se déroulera comme d’habitude, de façon hybride:
  • En présence: UFR des Lettres, rue Lavoisier, bât 3, salle A309, 76 130 Mont-Saint-Aignan
  • Accès à distance : nous écrire (tony.gheeraert AT univ-rouen.fr)
Celles et ceux qui souhaitent préparer la séance pourront par exemple (re)lire Scènes baroques d’aujourd’hui, sous la direction de Céline Candiard et Julia de Gros de Gasquet, PUL, 2019, disponible en papier mais aussi en accès ouvert sur Open Editions:  https://books.openedition.org/pul/33127
Couverture

Les deux corps de la musique baroque, par Jean-Paul Combet

Le 5 avril 2023, Jean-Paul Combet (directeur de l’Académie Bach, Arques-La-Bataille) est venu proposer une passionnante réflexion intitulée « Les deux corps de la musique baroque », dans le cadre de notre thème  « La perle et la coquille ». Il s’est accompagné d’un clavicorde portatif, copie d’ancien.

Après avoir situé dans un temps long la redécouverte de la musique ancienne, depuis Mendelssohn jusqu’à Leonhardt, Jean-Paul Combet a dégagé sept caractères définitoires du baroque musical. Ceux-ci permettent de définir une musique baroque à l’échelle européenne, qui unit les compositeurs malgré tout ce qui peut les séparer : pays, langue, religion. “Le baroque tire son essence de son irrégularité et de son impossible définition univoque”, termine Jean-Paul Combet en citant L’Amour la mer, dernier roman de Pascal Quignard.

  1. 00:51:48 : “la tension entre l’harmonie du monde et l’esthétique”
  2. 00:59:09 : “la création instantanée”
  3. 01:04:05 : “le caractère second de la notation”
  4. 01:11:10 : “l’éloquence comme support du discours”
  5. 01:19:10 : “la métamorphose” comme moteur de la création
  6. 01:23:00 : “la présence cachée de la culture latine”
  7. 01:26:37 : “l’absence de standard”
  8. 01:28:40 : “l’intelligibilité du langage musical”, intelligibilité qui n’est pas synonyme d’homogénéité, car le baroque est “composite”

Exposé à retrouver en vidéo. Cliquer ici pour le plein écran

 

 

Rococo poétique ou poésie rocaille ? Questions autour d’une catégorie littéraire, par Kim Gladu

Dans le cadre de notre programme “La Perle et la coquille, regards croisés sur le baroque et le rococo”, le mardi 14 mars 2023, à 16h, nous avons eu le plaisir d’écouter Kim Gladu (Université du Québec à Rimouski), qui nous a parlé du sujet suivant: « Rococo poétique ou poésie rocaille ? Questions autour d’une catégorie littéraire ». 
Kim Gladu est, parmi d’autres publications majeures, autrice d’un ouvrage intitulé : La grandeur des petits genres. L’esthétique rococo à l’âge de la galanterie, entièrement accessible sur Cairn : https://www.cairn.info/la-grandeur-des-petits-genres–9782705694722.htm. La séance était présentée par Floriane Daguisé (CEREdi).
⇒Pour le plein écran cliquez ici

Publications récentes du Collège

1. Publication: Actes des journées “Les recettes du succès. Stéréotypes compositionnels et littérarité au XVIIe siècle”
Les journées “Les recettes du succès. Stéréotypes compositionnels et littérarité au XVIIe siècle”, tenues malgré les aléas du Covid en 2020 et 2021, sont désormais disponibles sur Fabula : https://www.fabula.org/colloques/sommaire8913.php
Si le règne de Louis XIV est marqué par l’émergence d’une économie fondée sur le commerce et l’industrie, l’étude de son influence sur la création artistique reste cependant encore lacunaire. Le monde intellectuel aurait-il échappé à ce processus de marchandisation qui paraît toucher tant d’aspects de l’existence ? C’est la naissance d’une proto-industrie culturelle au XVIIe siècle qui est le sujet de ce dossier.
2. Publication: Corneille de circonstance. L’auteur, personnage de théâtre (dirigé par Florence Fix et Yohann Deguin)
Corneille de circonstance. L’auteur, personnage de théâtre, fait suite à la journée préparatoire qui s’était tenue le 25 mars 2022 à Rouen, organisée par Florence Fix et Yohann Deguin.
Au XIXe siècle, de nombreuses pièces de théâtre mettent en scène Pierre Corneille: le dramaturge, sa famille, ses voisins, ses concurrents à l’académie. Ses oeuvres de circonstance offrent de l’écrivain des portraits de fantaisie. L’histoire littéraire construit donc un Corneille-personnage qui vient parachever le portrait de l’écrivain.
Collection de pièces, assortie de présentations et de commentaires, éditée par Florence Fix, Yohann Deguin aux EPURE (Editions et Presses de l’Université de Reims), coll. Héritages critiques, 472 pages, 25 euros

3. Vidéo: colloques à retrouver en ligne

« Le baroque : temps de réflexivité de l’image ? », par Anne-Elisabeth Spica

Retrouvez ci-dessous la séance du 16 février 2023:  « Le baroque : temps de réflexivité de l’image ? », par Anne-Elisabeth Spica, Professeur à l’Université de Lorraine, ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure, autrice entre autres de Symbolique humaniste et emblématique – L’évolution et les genres (1580-1700) (Champion, 1996) et Savoir peindre en littérature: la description dans le roman au XVIIe siècle (Champion, 2004)

Présentation et répondant : Yohann Deguin

Affichage en grand écran en suivant ce lien