Tous les articles par Tony Gheeraert

Tony Gheeraert Professeur de littérature française du XVIIe siècle Université de Rouen - Cérédi

« Le baroque : temps de réflexivité de l’image ? », par Anne-Elisabeth Spica

Retrouvez ci-dessous la séance du 16 février 2023:  « Le baroque : temps de réflexivité de l’image ? », par Anne-Elisabeth Spica, Professeur à l’Université de Lorraine, ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure, autrice entre autres de Symbolique humaniste et emblématique – L’évolution et les genres (1580-1700) (Champion, 1996) et Savoir peindre en littérature: la description dans le roman au XVIIe siècle (Champion, 2004)

Présentation et répondant : Yohann Deguin

Affichage en grand écran en suivant ce lien

« Don Quichotte à Versailles. L’imaginaire médiéval du Grand Siècle », Par Marine Roussillon

Retrouvez en vidéo la séance du 16 janvier 2023:  « Don Quichotte à Versailles. L’imaginaire médiéval du Grand Siècle », par Marine Roussillon, MCF (Textes et Cultures, Université d’Artois) autour de son livre paru sous ce titre en 2022 chez Champ Vallon Le répondant était ce jour-là Yohann Deguin

Affichage en grand écran en suivant ce lien

Don Quichotte à Versailles - L'imaginaire médiéval du Grand - 1

 

La Perle et la coquille: regards croisés sur le baroque et le rococo (XVIIe-XVIIIe siècles)

Programme de la saison 2 (2022-2023)

31 janvier 2023, 14h30, Julia de Gasquet (Université Sorbonne Nouvelle) et Caroline Mounier-Vehier (ITEM-THALIM)
« Regards croisés sur la pratique baroque et le dialogue entre les arts (théâtre, musique, opéra) »
Présentation et répondante : Judith le Blanc
La séance du 31 janvier est reportée au 30 mai en raison des perturbations à prévoir dans les transports

16 février 2023, 14h30, Anne Spica (Université de Lorraine)
« Le baroque : temps de réflexivité de l’image ? »
Présentation et répondant : Yohann Deguin

14 mars 2023, 16h, Kim Gladu (Université du Québec à Rimouski)
« Rococo poétique ou poésie rocaille ? Questions autour d’une catégorie littéraire » – Présentation et répondante : Floriane Daguisé

5 avril 2023, 16h, Jean-Paul Combet (Académie Bach, Arques-La-Bataille), « Les deux corps de la musique baroque »
Présentation et répondant : Tony Gheeraert

30 mai 2023, 14h30, Julia de Gasquet (Université Sorbonne Nouvelle) et Caroline Mounier-Vehier (ITEM-THALIM)
« Regards croisés sur la pratique baroque et le dialogue entre les arts (théâtre, musique, opéra) »
Présentation et répondante : Judith le Blanc

 

2023_La perle et la coquille 

Actualité de la recherche : programme des séances (oct. 2022-janv. 2023)

20 octobre, 18h, Université de toutes les cultures, Maison de l’Université (salle de conférences)
« La phylomythologie : émergence d’une nouvelle méthode », conférence en lien avec le conte de fées à l’âge classique, par Julien d’Huy, docteur (Laboratoire d’Anthropologie sociale), autour de son livre : Cosmogonies. La  Préhistoire des mythes, La Découverte, 2020.
Répondant : Tony Gheeraert

1er décembre, 16h, CÉRÉdI (bât. 3, salle A 309)
« Analyses statistique et graphique de la correspondance de Madeleine Briquet (1642-1689), religieuse de Port-Royal »,
par Adeline Fontanilles, doctorante (IHRIM-CNRS, Université Clermont-Auvergne)
Répondants : Yohann Deguin, Tony Gheeraert

 

16 janvier 2023, 16h, CÉRÉdI (bât. 3, salle A 309)
« Don Quichotte à Versailles. L’imaginaire médiéval du Grand Siècle »,
par Marine Roussillon, MCF (Textes et Cultures, Université d’Artois)
autour de son livre paru sous ce titre en 2022 chez Champ Vallon
Répondant : Yohann Deguin

Les séances du 01/12 et du 16/01 sont proposées en hybride. Pour accéder à distance ou pour toute information, contactez : ceredi_xvii_xviii@listes.univ-rouen.fr ou tony.gheeraert@univ-rouen.fr

“Irrévérence Baroque : de la nécessité cosmique du baroque”, par Gisèle Venet

Gisèle Venet, Professeure émérite de l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris III, éditrice de Shakespeare en Pléiade, autrice de Temps et vision tragique : Shakespeare et ses contemporains (PSN), nous a proposé ses réflexions sur l’irrévérence baroque le mercredi 22 juin à 16h. Cette séance peut être visionnée ci-dessous.

Affichage en plein écran en cliquant sur ce lien

Vers une histoire des usages politiques du baroque, par Maxime Cartron

Compte rendu de la séance du 6 mai 2022, 16h-18h
Au cours de cette séance animée par Yohann Deguin, nous avons accueilli Maxime Cartron, Docteur, Professeur Agrégé, membre de l’IHRIM et auteur de L’Invention du Baroque. Les anthologies de poésie française du premier XVIIe siècle (1844-2009) (Classiques Garnier, 2021). Le titre de la séance, qui s’inscrivait dans le prolongement des travaux antérieurs de notre invité, était: “Vers une histoire des usages politiques du baroque”.
Il s’agissait ici de présenter un livre en cours d’élaboration sur les politiques du baroque au XXe siècle. En partant d’un étonnement devant les causes diamétralement opposées que pouvait servir une telle notion – aussi bien la « créolisation » glissantienne que le nationalisme lepéniste –, l’enjeu était de montrer que la notion de baroque n’existe pas en tant que telle – ce qui n’est pas une nouveauté –, mais qu’elle est intégralement construite par le contexte et la perspective idéologique dans lesquelles ses utilisateurs l’inscrivent. Elle n’existe que par les appropriations successives dont elle est le lieu. Faire l’histoire du baroque, c’est donc faire l’histoire de ses usages afin d’identifier conjointement des repères historiques dans l’instrumentalisation du concept et des outils théoriques explicitant cette dernière.

Il convenait de partir de Wölfflin car tout ramène à lui, et en particulier une opposition rémanente et même structurante dans l’histoire des usages du baroque : nationalisme contre cosmopolitisme (ou européisme, ou encore universalisme, suivant les cas). Le baroque est un enjeu de pouvoir car il se trouve à l’intersection de ces deux pensées idéologiques : d’une part il est envisagé comme génie de la nation, d’autre part il est appréhendé comme socle esthétique commun de l’Europe. L’examen de l’indécision et de l’alternance entre ces deux dimensions chez Wölfflin offre la possibilité de repenser à nouveau frais la radicalisation de sa pensée par ses anciens élèves et suiveurs proches de l’idéologie nazie, mais aussi de réfléchir aux stratégies d’appropriation et de diffusion de cette matière historiographique par Eugenio d’Ors, Pierre Francastel et André Chastel, dont les choix différents, et pourtant tous radicaux mettent en lumière l’ambivalence et l’ambiguïté inhérentes, dès l’origine, au modèle wölfflinien et à son influence dans la constitution de la notion de baroque. La conférence se terminait par une réflexion sur les enjeux de l’appropriation des pensées de Wölfflin et de d’Ors par Jean Rousset, et donc sur les modalités de leur intégration au « baroque littéraire ».

Présentation de l’ouvrage Jean Rousset : traduire et compiler le baroque, préface de Thomas Hunkeler, Genève, Droz, « Courant critique », à paraître en 2023.

La récente ouverture du fonds d’archives de Jean Rousset à la Bibliothèque de Genève offre l’opportunité d’analyser sur un plan génétique l’activité de traduction de poètes allemands et italiens, « baroques » mais pas uniquement, que le critique genevois a pratiquée durant plusieurs années, avec une intensité toute particulière durant et immédiatement après la Seconde Guerre Mondiale. Ces documents s’avèrent inestimables pour comprendre la « préhistoire » du baroque roussetien, en ce qu’ils témoignent des préoccupations idéologiques et spirituelles qui se trouvent à son origine. De ce fait, ils permettent de jeter un nouvel éclairage sur les enjeux de l’émergence et de la mise en place progressive de la catégorie historiographique de baroque dans la pensée du futur auteur de La Littérature de l’âge baroque en France.

Floriane Daguisé : “Le rococo : une coquille vide ? Pertinence et impertinence d’une construction historiographique”

La première session du séminaire consacrée aux notions de baroque et de rococo nous a été offerte par Floriane Daguisé, Agrégée de Lettres modernes, Maîtresse de conférences à l’université de Rouen Normandie. Sa communication était intitulée: “Le rococo : une coquille vide ? Pertinence et impertinence d’une construction historiographique”.

Accès en plein écran en cliquant sur ce lien

La perle et la coquille  : regards croisés sur le baroque et le rococo (XVIIe – XVIIIe siècles)

Séminaire organisé par les membres du collège XVII-XVIII du Centre de recherche Éditer-Interpréter (Cérédi, EA 3229), université de Rouen Normandie

Argumentaire

La publication en 2019 de l’ouvrage Scènes baroques d’aujourd’hui, sous la direction de Julia Gros de Gasquet et de Céline Candiard, atteste du succès généralement admis de la catégorie de baroque dans l’univers du spectacle, du théâtre ou de l’opéra, lorsqu’il s’agit de mettre en scène le répertoire des XVIIe et XVIIIe siècles. On ne peut toutefois qu’être frappé, à la lecture de l’introduction qui retrace la chronologie des reconstitutions historiquement informées, par l’absence de référence au baroque littéraire ; celui-ci donna pourtant lieu à beaucoup d’études dans les années 1960-1980, avant d’être progressivement décrié et aujourd’hui généralement abandonné. Dans cet ouvrage, le nom de Jean Rousset se trouve relégué en bibliographie, comme témoignage d’un moment historiographique qui au fond n’aurait pas laissé beaucoup de traces, ni exercé beaucoup d’influence, au contraire de ceux d’Eugène Green ou Philippe Beaussant, considérés comme les vrais inspirateurs des expérimentations actuelles.

Que s’est-il passé ? Pourquoi le terme “baroque”, qui s’est imposé facilement depuis un siècle et demi dans le champ des arts plastiques et picturaux, et presque aussi naturellement depuis quarante ans dans le monde de la musique et des spectacles, a-t-il fait l’objet d’un rejet aussi massif et violent dans le seul domaine de la littérature ? La greffe opérée dans les années 1940-1950, au temps d’Alan Boase, Marcel Raymond et Jean Rousset, n’a pas pris : après que la catégorie de “baroque littéraire” a donné pendant quelques décennies des fruits somptueux et des fleurs merveilleuses, elle fut rejetée et reniée non seulement par ses détracteurs de toujours, comme Marc Fumaroli, mais aussi par ses principaux promoteurs, en particulier Jean Rousset lui-même. En 2006, l’avant-propos des Mélanges Gisèle Venet pouvait encore observer un partage net, décrit comme une guerre de tranchées, opposant les partisans et les détracteurs de la notion (“chacun est désormais campé sur ses positions et le dialogue semble bel et bien rompu entre les tenants de ces notions [de maniérisme et de baroque] et leurs adversaires.” En réalité, la guerre de mouvement a repris son cours, et la ligne de défense du baroque semble aujourd’hui s’être définitivement effondrée. Les seuls spécialistes qui emploient encore cette notion sont des méta-historiens qui déconstruisent le baroque qu’ils saisissent dans une perspective diachronique, comme vient tout récemment de le faire Maxime Cartron dans son Invention du baroque. Le séminaire XVII, au cours des séances qu’il consacrera à cette question, ne se propose pas toutefois de dresser seulement un constat de décès de la notion, bilan aussi vain que morose, mais plutôt de revenir sur la naissance, la vie, la pertinence, et peut-être, mais nous poserons la question, la péremption d’une catégorie qui ne parvint jamais à s’acclimater de façon consensuelle.

Or, de façon étonnante, presque au même moment où s’écroulait la notion de baroque, celle de rococo s’est mise à rencontrer la faveur des spécialistes de la littérature du XVIIIe siècle  : “le rococo a connu, à partir des années 1960 et de manière plus nette depuis les années 2000, un réinvestissement dans le cadre d’analyses littéraires. Cette catégorie historiographique en elle-même nébuleuse, émanant des arts décoratifs et exploitée par les domaines plastiques, ressurgit dans le champ littéraire chargée d’implications théoriques majeures pour l’étude de la première moitié du XVIIIe siècle”, note ainsi Floriane Daguisé, par ailleurs autrice d’une thèse qui place la catégorie comme cadre chronologique et esthétique. Marc Fumaroli n’avait-il pas prophétisé, ou du moins pressenti, cette dérive des tenants du baroque vers le siècle suivant ? La France du XVIIe siècle était trop sévère, explique-t-il, aussi “le Barockbegrieff à la française fut-il tenté de s’échapper vers le XVIIIe siècle, mieux accordé à ses humeurs de fêtes galantes et de fête chez Thérèse”, sans paraître séduit par une catégorie seulement “moins éprouvée par l’usage que son aînée”. 

Pourtant, le rococo, comme le terme rocaille qui lui est associé, ne ressortiront pas beaucoup plus victorieux que leur ascendant baroque ; le rejet notionnel est manifeste, d’abord dans le cadre du réquisitoire porté à l’histoire des styles, mais aussi dans le domaine littéraire ; cette « invention critique » serait ainsi, d’après Alain Viala, « peu utile pour Watteau et encore moins pour le littéraire » (La France galante). La fortune relative de cette catégorie dans le domaine littéraire, dont le caractère flottant a aussi ouvert la voie à des applications et implications multiples, offre au baroque un pendant à la fois symétrique et distinct, pouvant éclairer certains enjeux de l’intérêt, de la pertinence et de l’impertinence des usages des catégories historiographiques.

Au cours du séminaire, nous pourrons nous interroger, sans que ces propositions soient exhaustives, sur les questions suivantes:

  • Les raisons de l’échec de la notion de baroque littéraire : idéologiques ou scientifiques ?
  • Endogène ou exogène : pense-t-on mieux avec les catégories du temps, ou avec celles importées du dehors?
  • Le vide laissé par l’abandon de la notion de baroque depuis les années 1980 a-t-il permis un renouvellement des études, dégagées des contraintes imposées par une notion jugée “exogène” et artificielle ? 
  • L’absence de courant littéraire facilement identifiable pour désigner la production littéraire de Montaigne à Pascal conduit-il à mésestimer de nouveau la littérature produite pendant cette période, comme ce fut le cas autrefois ? 
  • D’autres catégories, par exemple issues de la rhétorique, se sont-elles révélées plus fécondes ou plus opératoires ?
  • L’hétérogénéité entre arts visuels, musique, et littérature explique-t-elle les différences de périodisation et l’impertinence éventuelle de la notion dans l’un ou l’autre de ces champs ? 
  • L’invalidation de la notion de baroque invalide-t-elle du même coup, et pour les mêmes raisons, la notion de classicisme qui lui a été si longtemps opposée, et qui présente au fond les mêmes problèmes ?
  • Faut-il renoncer à retrouver un esprit du temps qui se manifesterait dans l’ensemble des productions d’une époque, et vaut-il mieux saisir chaque oeuvre dans sa cohérence propre, et par rapport aux seuls réseaux d’influences objectivables susceptibles de l’éclairer, plutôt que de la fondre dans un prétendu imaginaire collectif historicisé   ? Mais privés du “vertige du Zeitgeist” (M. Fumaroli), de quels cadres d’intelligibilité disposons-nous pour penser les grandes respirations de l’histoire littéraire ?
  • La notion de baroque littéraire ne serait-elle pas plus propre à éclairer la production contemporaine de l’époque où cette notion a été inventée, plutôt que celle des XVIIe et XVIIIe siècle ? Au fond, ne serait-il pas peut-être plus légitime de qualifier de baroque Claudel ou, comme fait Joann Faerber, le nouveau roman, plutôt que Corneille et Hopil  ? “La pensée moderne s’est peut-être inventé le baroque comme on s’offre un miroir”, écrivait Gérard Genette en un aphorisme choisi par Céline Candiard et Julia Gros de Gasquet comme épigraphe à leur ouvrage.
  • Des voix se font-elles entendre, parmi les historiens d’art, les gens du spectacle, ou les musicologues, pour contester la pertinence du baroque avec des arguments similaires à ceux qui ont été opposés au baroque littéraire?
  • Que penser du caractère exogène de la notion de rococo  ? Faut-il l’écarter ou lui préférer la catégorie concurrente de rocaille ? 

Calendrier 2021-2022

Le séminaire se tiendra en distanciel ou en hybride (présence+distance).

  • 1er février 2022, 20h : Floriane Daguisé, “Le rococo : une coquille vide ? Pertinence et impertinence d’une construction historiographique” (séance à distance) 
  • 30 mars 2022, 16h : Hélène Sannier, “l’objet rococo dans les contes de Mme d’Aulnoy”, UFR LSH
  • 6 mai, 16h : Maxime Cartron, “Vers une histoire des usages politiques du baroque”, UFR LSH
  • 22 juin, 16h : Gisèle Venet, “L’irrévérence baroque”, UFR LSH

Le cycle de rencontres sera poursuivi au cours de l’année 2022-2023.

Bibliographie sommaire

Maxime Cartron, L’Invention du Baroque. Les anthologies de poésie française du premier XVIIe siècle, Classiques Garnier, 2021.

Céline Candiard, Julia Gros de Gasquet, La mise en scène baroque dans le paysage culturel contemporain, Presses universitaires de Lyon, 2019.

Floriane Daguisé, “De l’usage du rococo dans la critique littéraire dix-huitièmiste”, Dix-Huitième Siècle, 2018. https://doi.org/10.3917/dhs.050.0615  

Jean-Claude Vuillemin, L’Epistémè baroque. Le mot et la chose, Paris, Hermann, 2013.

Jacques Berchtold, René Démoris, Christophe Martin (éds.), Violences du rococo, Presses universitaires de Bordeaux, 2012.

Guy Catusse, “Aux origines du « baroque littéraire » en France : 1935-1950. Aperçus historiographiques”, Les Dossiers du Grihl, 2012, https://doi.org/10.4000/dossiersgrihl.5060 

François Moureau, Le Goût italien dans la France rocaille. Théâtre, musique, peinture (v. 1680-1750), Paris, PUPS, 2011.

Carl Magnusson et Marie-Pauline Martin (dir.), Penser le rococo, Zeitschrift für Kunstgeschichte, Berlin-Munich, Deutscher Kunstverlag, n°80, 4/2017. 

“Baroque/s et maniérisme/s littéraires  : tonner contre  ? Mélanges en l’honneur de Gisèle Venet”, Études Épistémè, 9, 2006, http://journals.openedition.org/episteme/2495 

Eugène Green, La Parole baroque, Desclée de Brouwer, 2001.

Philippe Beaussant, Vous avez dit baroque   ?, Actes Sud, 1993.

“Rococo. Rocaille”, in Etudes sur le XVIIIe siècle, éd. Roland Mortier et Hervé Hasquin, Université de Bruxelles, 1991.

Bernard Chédozeau, Le Baroque, Nathan, 1989.

Didier Souiller, La Littérature baroque en Europe, PUF, 1988.

Marc Fumaroli, “Préface”, in Victor-L. Tapié, Baroque et classicisme, Le Livre de poche, édition de 1980.

Claude-Gilbert Dubois, Le Baroque. Profondeurs de l’apparence, Presses universitaires de Bordeaux, 1973.

Philippe Minguet, Esthétique du rococo, Paris, Vrin, 1966.

Roger Laufer, Style rococo, style des « Lumières », Paris, 1963.

Baroque (revue), Montauban, douze numéros parus entre 1965-1987. https://journals.openedition.org/baroque/ 

Marcel Raymond, “Préalable à l’examen du baroque littéraire français”, in Baroque et renaissance poétique, Corti, 1955.

Jean Rousset, Circé et le paon. La littérature de l’âge baroque en France, Paris, José Corti, 1954.

Pierre Kohler, “Le baroque et les lettres françaises”, CAIEF, 1951, p. 3-22.
https://www.persee.fr/doc/caief_0571-5865_1951_num_1_1_1991#caief_0571-5865_1951_num_1_1_T1_0022_0000 

Revue des Sciences Humaines, 55-56, juil.-déc. 1949, “Propositions sur le baroque”

Jean Weisgerber, Les Masques fragiles. Esthétique et formes de la littérature rococo, Lausanne, L’Âge d’Homme, 1991

. Le Rococo. Beaux-arts et littérature, Paris, PUF, 2001. 

Jean Starobinski, L’Invention de la liberté, Genève, Albert Skira, 1964. 

Patrick Brady, Rococo style versus Enlightenment novel, Genève, Slatkine, 1984.

Aurélia Gaillard, « Le rococo et les Lumières : l’univers des “grâces” est-il enchanté ou désenchanté ? », dans Les Lumières : un héritage et une mission, G. Merlio et N. Pelletier (éd.), Bordeaux, PUB, 2012, p. 123-135.

Fiske Kimball, Le Style Louis XV. Origine et évolution du rococo, traduit par Jeanne Marie,

Paris, Éditions A. et J. Picard et Cie, 1949.

La démonologie augustinienne dans les tragédies de Racine : l’exemple de La Thébaïde”

La dernière séance annuelle du séminaire s’est tenue le 25 mai, à 20h, sur Zoom. 

Nous y avons entendu Victoire Malenfer, Agrégée de Lettres classiques, ancienne élève de l’Ecole normale supérieure. Elle prépare une thèse  sur “Racine et saint Augustin”, et nous a parlé de “La démonologie augustinienne dans les tragédies de Racine : l’exemple de La Thébaïde”, à retrouver ci-dessous.