La perle et la coquille  : regards croisés sur le baroque et le rococo (XVIIe – XVIIIe siècles)

Séminaire organisé par les membres du collège XVII-XVIII du Centre de recherche Éditer-Interpréter (Cérédi, EA 3229), université de Rouen Normandie

Argumentaire

La publication en 2019 de l’ouvrage Scènes baroques d’aujourd’hui, sous la direction de Julia Gros de Gasquet et de Céline Candiard, atteste du succès généralement admis de la catégorie de baroque dans l’univers du spectacle, du théâtre ou de l’opéra, lorsqu’il s’agit de mettre en scène le répertoire des XVIIe et XVIIIe siècles. On ne peut toutefois qu’être frappé, à la lecture de l’introduction qui retrace la chronologie des reconstitutions historiquement informées, par l’absence de référence au baroque littéraire ; celui-ci donna pourtant lieu à beaucoup d’études dans les années 1960-1980, avant d’être progressivement décrié et aujourd’hui généralement abandonné. Dans cet ouvrage, le nom de Jean Rousset se trouve relégué en bibliographie, comme témoignage d’un moment historiographique qui au fond n’aurait pas laissé beaucoup de traces, ni exercé beaucoup d’influence, au contraire de ceux d’Eugène Green ou Philippe Beaussant, considérés comme les vrais inspirateurs des expérimentations actuelles.

Que s’est-il passé ? Pourquoi le terme “baroque”, qui s’est imposé facilement depuis un siècle et demi dans le champ des arts plastiques et picturaux, et presque aussi naturellement depuis quarante ans dans le monde de la musique et des spectacles, a-t-il fait l’objet d’un rejet aussi massif et violent dans le seul domaine de la littérature ? La greffe opérée dans les années 1940-1950, au temps d’Alan Boase, Marcel Raymond et Jean Rousset, n’a pas pris : après que la catégorie de “baroque littéraire” a donné pendant quelques décennies des fruits somptueux et des fleurs merveilleuses, elle fut rejetée et reniée non seulement par ses détracteurs de toujours, comme Marc Fumaroli, mais aussi par ses principaux promoteurs, en particulier Jean Rousset lui-même. En 2006, l’avant-propos des Mélanges Gisèle Venet pouvait encore observer un partage net, décrit comme une guerre de tranchées, opposant les partisans et les détracteurs de la notion (“chacun est désormais campé sur ses positions et le dialogue semble bel et bien rompu entre les tenants de ces notions [de maniérisme et de baroque] et leurs adversaires.” En réalité, la guerre de mouvement a repris son cours, et la ligne de défense du baroque semble aujourd’hui s’être définitivement effondrée. Les seuls spécialistes qui emploient encore cette notion sont des méta-historiens qui déconstruisent le baroque qu’ils saisissent dans une perspective diachronique, comme vient tout récemment de le faire Maxime Cartron dans son Invention du baroque. Le séminaire XVII, au cours des séances qu’il consacrera à cette question, ne se propose pas toutefois de dresser seulement un constat de décès de la notion, bilan aussi vain que morose, mais plutôt de revenir sur la naissance, la vie, la pertinence, et peut-être, mais nous poserons la question, la péremption d’une catégorie qui ne parvint jamais à s’acclimater de façon consensuelle.

Or, de façon étonnante, presque au même moment où s’écroulait la notion de baroque, celle de rococo s’est mise à rencontrer la faveur des spécialistes de la littérature du XVIIIe siècle  : “le rococo a connu, à partir des années 1960 et de manière plus nette depuis les années 2000, un réinvestissement dans le cadre d’analyses littéraires. Cette catégorie historiographique en elle-même nébuleuse, émanant des arts décoratifs et exploitée par les domaines plastiques, ressurgit dans le champ littéraire chargée d’implications théoriques majeures pour l’étude de la première moitié du XVIIIe siècle”, note ainsi Floriane Daguisé, par ailleurs autrice d’une thèse qui place la catégorie comme cadre chronologique et esthétique. Marc Fumaroli n’avait-il pas prophétisé, ou du moins pressenti, cette dérive des tenants du baroque vers le siècle suivant ? La France du XVIIe siècle était trop sévère, explique-t-il, aussi “le Barockbegrieff à la française fut-il tenté de s’échapper vers le XVIIIe siècle, mieux accordé à ses humeurs de fêtes galantes et de fête chez Thérèse”, sans paraître séduit par une catégorie seulement “moins éprouvée par l’usage que son aînée”. 

Pourtant, le rococo, comme le terme rocaille qui lui est associé, ne ressortiront pas beaucoup plus victorieux que leur ascendant baroque ; le rejet notionnel est manifeste, d’abord dans le cadre du réquisitoire porté à l’histoire des styles, mais aussi dans le domaine littéraire ; cette « invention critique » serait ainsi, d’après Alain Viala, « peu utile pour Watteau et encore moins pour le littéraire » (La France galante). La fortune relative de cette catégorie dans le domaine littéraire, dont le caractère flottant a aussi ouvert la voie à des applications et implications multiples, offre au baroque un pendant à la fois symétrique et distinct, pouvant éclairer certains enjeux de l’intérêt, de la pertinence et de l’impertinence des usages des catégories historiographiques.

Au cours du séminaire, nous pourrons nous interroger, sans que ces propositions soient exhaustives, sur les questions suivantes:

  • Les raisons de l’échec de la notion de baroque littéraire : idéologiques ou scientifiques ?
  • Endogène ou exogène : pense-t-on mieux avec les catégories du temps, ou avec celles importées du dehors?
  • Le vide laissé par l’abandon de la notion de baroque depuis les années 1980 a-t-il permis un renouvellement des études, dégagées des contraintes imposées par une notion jugée “exogène” et artificielle ? 
  • L’absence de courant littéraire facilement identifiable pour désigner la production littéraire de Montaigne à Pascal conduit-il à mésestimer de nouveau la littérature produite pendant cette période, comme ce fut le cas autrefois ? 
  • D’autres catégories, par exemple issues de la rhétorique, se sont-elles révélées plus fécondes ou plus opératoires ?
  • L’hétérogénéité entre arts visuels, musique, et littérature explique-t-elle les différences de périodisation et l’impertinence éventuelle de la notion dans l’un ou l’autre de ces champs ? 
  • L’invalidation de la notion de baroque invalide-t-elle du même coup, et pour les mêmes raisons, la notion de classicisme qui lui a été si longtemps opposée, et qui présente au fond les mêmes problèmes ?
  • Faut-il renoncer à retrouver un esprit du temps qui se manifesterait dans l’ensemble des productions d’une époque, et vaut-il mieux saisir chaque oeuvre dans sa cohérence propre, et par rapport aux seuls réseaux d’influences objectivables susceptibles de l’éclairer, plutôt que de la fondre dans un prétendu imaginaire collectif historicisé   ? Mais privés du “vertige du Zeitgeist” (M. Fumaroli), de quels cadres d’intelligibilité disposons-nous pour penser les grandes respirations de l’histoire littéraire ?
  • La notion de baroque littéraire ne serait-elle pas plus propre à éclairer la production contemporaine de l’époque où cette notion a été inventée, plutôt que celle des XVIIe et XVIIIe siècle ? Au fond, ne serait-il pas peut-être plus légitime de qualifier de baroque Claudel ou, comme fait Joann Faerber, le nouveau roman, plutôt que Corneille et Hopil  ? “La pensée moderne s’est peut-être inventé le baroque comme on s’offre un miroir”, écrivait Gérard Genette en un aphorisme choisi par Céline Candiard et Julia Gros de Gasquet comme épigraphe à leur ouvrage.
  • Des voix se font-elles entendre, parmi les historiens d’art, les gens du spectacle, ou les musicologues, pour contester la pertinence du baroque avec des arguments similaires à ceux qui ont été opposés au baroque littéraire?
  • Que penser du caractère exogène de la notion de rococo  ? Faut-il l’écarter ou lui préférer la catégorie concurrente de rocaille ? 

Calendrier

Le séminaire se tiendra en distanciel ou en hybride (présence+distance).

  • 1er février 2022, 20h : Floriane Daguisé, “Le rococo : une coquille vide ? Pertinence et impertinence d’une construction historiographique” (séance à distance) 
  • 30 mars 2022, 16h : Hélène Sannier, “l’objet rococo dans les contes de Mme d’Aulnoy”, UFR LSH
  • 6 mai, 16h : Maxime Cartron, “Vers une histoire des usages politiques du baroque”, UFR LSH
  • 22 juin, 16h : Gisèle Venet, “L’irrévérence baroque”, UFR LSH

Le cycle de rencontres sera poursuivi à partir de la rentrée 2022.

Bibliographie sommaire

Maxime Cartron, L’Invention du Baroque. Les anthologies de poésie française du premier XVIIe siècle, Classiques Garnier, 2021.

Céline Candiard, Julia Gros de Gasquet, La mise en scène baroque dans le paysage culturel contemporain, Presses universitaires de Lyon, 2019.

Floriane Daguisé, “De l’usage du rococo dans la critique littéraire dix-huitièmiste”, Dix-Huitième Siècle, 2018. https://doi.org/10.3917/dhs.050.0615  

Jean-Claude Vuillemin, L’Epistémè baroque. Le mot et la chose, Paris, Hermann, 2013.

Jacques Berchtold, René Démoris, Christophe Martin (éds.), Violences du rococo, Presses universitaires de Bordeaux, 2012.

Guy Catusse, “Aux origines du « baroque littéraire » en France : 1935-1950. Aperçus historiographiques”, Les Dossiers du Grihl, 2012, https://doi.org/10.4000/dossiersgrihl.5060 

François Moureau, Le Goût italien dans la France rocaille. Théâtre, musique, peinture (v. 1680-1750), Paris, PUPS, 2011.

Carl Magnusson et Marie-Pauline Martin (dir.), Penser le rococo, Zeitschrift für Kunstgeschichte, Berlin-Munich, Deutscher Kunstverlag, n°80, 4/2017. 

“Baroque/s et maniérisme/s littéraires  : tonner contre  ? Mélanges en l’honneur de Gisèle Venet”, Études Épistémè, 9, 2006, http://journals.openedition.org/episteme/2495 

Eugène Green, La Parole baroque, Desclée de Brouwer, 2001.

Philippe Beaussant, Vous avez dit baroque   ?, Actes Sud, 1993.

“Rococo. Rocaille”, in Etudes sur le XVIIIe siècle, éd. Roland Mortier et Hervé Hasquin, Université de Bruxelles, 1991.

Bernard Chédozeau, Le Baroque, Nathan, 1989.

Didier Souiller, La Littérature baroque en Europe, PUF, 1988.

Marc Fumaroli, “Préface”, in Victor-L. Tapié, Baroque et classicisme, Le Livre de poche, édition de 1980.

Claude-Gilbert Dubois, Le Baroque. Profondeurs de l’apparence, Presses universitaires de Bordeaux, 1973.

Philippe Minguet, Esthétique du rococo, Paris, Vrin, 1966.

Roger Laufer, Style rococo, style des « Lumières », Paris, 1963.

Baroque (revue), Montauban, douze numéros parus entre 1965-1987. https://journals.openedition.org/baroque/ 

Marcel Raymond, “Préalable à l’examen du baroque littéraire français”, in Baroque et renaissance poétique, Corti, 1955.

Jean Rousset, Circé et le paon. La littérature de l’âge baroque en France, Paris, José Corti, 1954.

Pierre Kohler, “Le baroque et les lettres françaises”, CAIEF, 1951, p. 3-22.
https://www.persee.fr/doc/caief_0571-5865_1951_num_1_1_1991#caief_0571-5865_1951_num_1_1_T1_0022_0000 

Revue des Sciences Humaines, 55-56, juil.-déc. 1949, “Propositions sur le baroque”

Jean Weisgerber, Les Masques fragiles. Esthétique et formes de la littérature rococo, Lausanne, L’Âge d’Homme, 1991

. Le Rococo. Beaux-arts et littérature, Paris, PUF, 2001. 

Jean Starobinski, L’Invention de la liberté, Genève, Albert Skira, 1964. 

Patrick Brady, Rococo style versus Enlightenment novel, Genève, Slatkine, 1984.

Aurélia Gaillard, « Le rococo et les Lumières : l’univers des “grâces” est-il enchanté ou désenchanté ? », dans Les Lumières : un héritage et une mission, G. Merlio et N. Pelletier (éd.), Bordeaux, PUB, 2012, p. 123-135.

Fiske Kimball, Le Style Louis XV. Origine et évolution du rococo, traduit par Jeanne Marie,

Paris, Éditions A. et J. Picard et Cie, 1949.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.